22 Apr 2019

Madame Ouided Bouchamaoui Présidente de l’UTICA

Publié dans Dossiers
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Madame Ouided Bouchamaoui, Présidente de l’UTICA

Agriculture Internationale - Quelle est la mission de l’UTICA, quels sont ses objectifs, ses moyens et son impact sur l’ensemble de l’économie tunisienne?

Ouided Bouchamaoui - Première centrale patronale nationale du pays, l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), compte aujourd’hui plus de 25 000 responsables syndicaux et regroupe près de 150 000 entreprises privées issues de tous les secteurs d’activité, à l’exception du tourisme et du secteur bancaire et financier. L’essentiel de ces entreprises membres est constitué de petites et moyennes entreprises. Elle a pour mission de soutenir, promouvoir et dynamiser le secteur privé, tout en étant le porte-parole des entreprises auprès des pouvoirs publics.

Notre rôle, en tant que centrale patronale, consiste donc à fédérer les entreprises tunisiennes du secteur privé, à les accompagner en leur fournissant soutien, conseil et information et à les représenter auprès des pouvoirs publics et à défendre leurs intérêts lors des négociations sociales.

Au niveau national, l’UTICA en tant qu’organisation nationale soucieuse de l’intérêt public, a joué également un rôle dans la transition politique de la Tunisie post-révolution dans le cadre du dialogue national initié par l’UTICA, l’UGTT*, l’ordre des avocats et la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme. Ce dialogue national a permis au pays de surmonter la plus grave crise politique qu’il a vécu depuis la révolution. Le succès de ce dialogue national a été couronné par la mise en place d’un gouvernement constitué principalement de technocrates et a permis à la Tunisie, à travers le quartet National qui a piloté ce dialogue, d’obtenir le prix Nobel de la paix pour l’année 2015. Cette implication de l’UTICA dans la gestion de la chose publique n’est pas nouvelle car depuis sa création, elle toujours été présente lors des grands évènements nationaux  comme en témoigne sa longue histoire.

En effet, l’UTICA a toujours œuvrer à la dynamisation de l'économie tunisienne en participant activement, auprès des pouvoirs publics, à l'élaboration et à la mise en place d'une politique économique et sociale favorable à la croissance et à l'essor des différents agents économiques. Dans ses différentes interventions, l’UTICA incite à l’investissement, à l’innovation et à la création de valeur à travers la mise en place d'une stratégie et d'un programme d'activités visant à instaurer un climat économique et social propice au développement régional, national et international de l’entreprise tunisienne. Elle participe également à la promotion de l’image du pays au-delà des frontières grâce au partenariat international qu’elle développement avec ses homologues dans les autres pays pour encourager.

A.I. -  Quelles places occupent respectivement l’agroalimentaire dans cette économie et sa Fédération au sein de l’UTICA?

O.B. - L’industrie agro-alimentaire occupe une place de plus en plus importante dans l’économie tunisienne. Pour soutenir ce développement, il est toutefois nécessaire d’encourager davantage l’investissement dans la production agricole, la valorisation des produits agricoles et ce, à travers l’agro-industrie, passage obligé de ce développement.

Le secteur agroalimentaire peut être considéré comme étant la colonne vertébrale de l’économie tunisienne. En effet, les 1064 entreprises de ce secteur représentant 18,5 % du tissu industriel (199 entreprises totalement exportatrices et 166 entreprises à participation étrangère) et emploient plus de 71 000 personnes (pour les entreprises employant 10 personnes et plus).

Le taux de la valeur ajoutée générée par ce secteur se situe autour de 20% et a enregistré, à partir des années 80 une croissance plus accélérée.

Il est certains qu’aussi bien l’agriculture que l’agro-industrie peuvent apporter une part importante des solutions recherchées par le pays pour surmonter la crise socio-économique qu’il traverse actuellement, aussi bien en termes d’offres d’emplois que de réalisation de la valeur ajoutée pour l’économie nationale. Ce développement de l’agro-industrie tunisienne nécessite toutefois une action commune et coordonnée des agriculteurs et des industriels pour réaliser la complémentarité entre le secteur agricole et les industries agroalimentaires. Cette coordination est devenue aujourd’hui un impératif.

Il est aussi important, dans le même ordre d’idées de mettre en place une stratégie nationale pour instituer des filières agricoles complémentaires. Une telle stratégie passe par l’accélération de la régularisation des situations des milliers d’hectares de terres domaniales et l’identification des solutions dans un cadre transparent et de bonne gouvernance pour que l’économie tunisienne en tire profit.

L’exemple du développement de l’agriculture biologique confirme le potentiel important du secteur agricole. En effet, depuis les années 90, la Tunisie a accompli d’énormes avancées en matière d’agriculture biologique et s’est hissée au rang de deuxième pays exportateur d’Afrique. Cette production concerne essentiellement l’huile d’olive, les dattes, les légumes, les plantes aromatiques et médicinales et les vignes sachant que la Tunisie, exporte plus de 60 produits biologiques vers 30 pays de destination sur les 5 continents.

Notre agriculture biologique est également l’unique agriculture africaine et arabe à bénéficier de la reconnaissance d’équivalence avec l’Union européenne (UE) pour l’exportation des produits biologiques et ce depuis 2009. Cette reconnaissance a été reconduite en juin 2015 pour une durée indéterminée.

Concernant votre question relative à la Fédération de l’Agro-alimentaire de l’UTICA, cette structure fédérale  regroupe 31 chambres syndicales nationales allant des petits métiers, à la grande industrie et couvrant des activités très variées allant du commercial, de la production et transformation à l’exportations de produits alimentaires.

A.I. -  Quelles sont les principales destinations de vos exportations ?

O.B. - Le taux de couverture des importations par les exportations a atteint, en 2015, 94% grâce aux revenus des exportations de l’huile d’olive. Le déficit commercial du secteur connaît une décélération de son rythme d'évolution, décélération qui s’est traduite par une forte amélioration des exportations (+ 78 %), contre une légère baisse des importations et s’explique surtout par l’amélioration des exportations de l’huile d’olive qui représentent 52 % du total des exportations du secteur. En 2015, la Tunisie a été classée 1er Exportateur mondial de dattes (en valeur), 2e Pays exportateur d'Afrique de produits bio et 10éme Producteur mondial de tomate. Les exportations du secteur de l’agriculture et des industries agroalimentaires ont atteint 4008,9 MTND en 2015 permettant de réaliser un taux de couverture des importations par les exportations de 94% en 2015.

A.I. -  Quel est le rôle de l’UTICA sur le plan international ?

O.B. - L’UTICA, accompagne et oriente les entreprises tunisiennes sur les marchés internationaux, les met en relations avec les entreprises étrangères et leur fourni appui et conseil pour accéder à ces marché. La DCRI** constitue ainsi un réel levier de développement à l'international et une plateforme incontournable pour créer des contacts, nouer des relations et trouver les bons partenaires, bénéficier des données et informations pertinentes sur les marchés étrangers et pour renforcer la présence des entreprises tunisiennes sur les marchés émergents et à forte croissance.

A l’appui de sa stratégie à l’internationale, l'UTICA a créé avec ces homologues dans plusieurs pays, une trentaine de conseils d'affaires bilatéraux. C’est dans ce cadre que plus d'une cinquantaine de rencontres annuelles sont organisées avec des responsables gouvernementaux et des chefs d'entreprises étrangers en Tunisie et dans le Monde. Ces conseils d’affaires, qui travaillent en parfaite synergie avec les chambres mixtes contribuent à l’internationalisation des entreprises tunisiennes en leur fournissant assistance et conseils sur les marchés des pays tiers et sur les opportunités qu’offrent ces marchés pour les entrepreneurs tunisiens. Déjà, plusieurs entreprises tunisiennes ont pu développer leurs activités à l’international notamment à l’échelle africaine.

De lors coté, les entreprises étrangères implantées en Tunisie bénéficient également d'une attention particulière de la part de l'UTICA qui a mis en place une structure ayant pour mission de servir au mieux les opérateurs étrangers implantés ou comptant investir en Tunisie, de les accompagner et de les assister aussi bien sur le plan social que sur les plans économique et administratif.

*Union générale tunisienne du travail / **Direction centrale des relations internationales

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.