17 Aug 2019
European Dairy Association. European Dairy Association.
Publié dans Dossiers
Évaluer cet élément
(0 Votes)

EDA représente et protège les intérêts de l'industrie laitière européenne envers les diverses parties prenantes : Commission, Parlement et Conseil des ministres européens, Comité économique et social, ainsi que les instances internationales du Codex Alimentarius et l’OMC. Ses missions englobent à la fois l'évolution des politiques sur la nutrition et la santé, la sécurité alimentaire, le développement durable et la gestion du marché dans le cadre de la politique agricole commune de l'UE. Michel Nalet, Président de l’EDA, confirme la dynamique de l’industrie laitière, tout en rappelant  les défis qu’elle devra affronter.

Agriculture Internationale - Quels sont aujourd’hui les principaux chantiers de EDA et de quels moyens ou prérogatives disposez-vous afin d’obtenir de vos interlocuteurs institutionnels que leur intérêt pour la filière lait européenne ne faiblisse pas?

Michel NaletMichel Nalet

Michel Nalet - Les années à venir seront cruciales pour l'industrie laitière européenne. En tant que secteur, nous devons nous préparer concrètement à la suppression des quotas laitiers en 2015, tout en ne perdant pas de vue l'impact de la mise en œuvre du Paquet Lait dans divers pays européens. Nous devons nous assurer que l'industrie laitière de l’Union européenne reste économiquement viable face à ces 2 défis à venir.

La PAC à l'horizon 2020 est un autre développement majeur qui mérite toute notre attention. L'objectif principal de EDA dans ce débat est que les décideurs ne s'éloignent pas de l'approche du marché unique. C’est pourquoi EDA accueille positivement le récent accord politique sur la réforme de la PAC, et tout particulièrement son approche plus orientée vers le marché.

Par ailleurs, EDA continue à garder comme l’un de ses principaux objectifs d'informer les décideurs européens sur les aspects nutritionnels du lait et des produits laitiers. Elle continuera pour ce faire à souligner le fait que le lait était, est et sera toujours une part essentielle d'une alimentation saine et équilibrée. EDA poursuit son interaction avec les décideurs politiques et institutions à Bruxelles, à la fois aux niveaux européen et national.

A.I. - Afin de faire face à la diminution de la consommation de lait, sept pays européens ont créé en 2011 le Forum Européen du Lait (EMF), pour communiquer positivement sur le lait et les produits laitiers. Deux ans après, avez-vous noté un redressement de la situation?

M.N. - Le Forum Européen du Lait (EMF) a commencé ses activités pour la promotion du lait et des produits laitiers il y a en effet deux ans. En 2012, il a lancé sa campagne d'information multi-stakeholders et récemment, il a lancé sa campagne d'information à l’attention des consommateurs ‘Milk, Nutritious By Nature’. Bien que les premiers résultats de ces efforts semblent prometteurs, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur l'impact positif des campagnes multi-stakeholders et consommateurs de l’EMF.

A.I. - Quelles voies - où quels types de valorisations - faut-il selon vous privilégier afin d’optimiser encore l’image et la présence du produit laitier?

M.N. - EDA estime qu'il est important de soutenir fortement et de suivre la recherche mondiale sur les aspects nutritionnels pertinents et l’impact positif des produits laitiers sur un mode de vie sain et équilibré. EDA privilégie en outre toutes les activités et initiatives visant à rendre l'industrie laitière plus durable. En ce sens, elle supporte tous les efforts visant à réduire l'impact environnemental de l'élevage et de la production laitière. Nous sommes d’avis que l'image des produits laitiers peut encore être améliorée en mettant en évidence sa valeur nutritive élevée et le fait que les produits laitiers de qualité sont traités de manière responsable et durable.

A.I. - Le choix de certains pays membres d’assouplir ou de supprimer telle ou telle clause dans leurs contrats de fourniture de lait ne comporte-t-il pas le risque de voir apparaître certaines distorsions de concurrence au sein même de la filière européenne?

M.N. - Le fait que la gestion et les structures de contrats soient passées sous la responsabilité des autorités nationales constitue un véritable danger en matière de concurrence entre les Etats membres. EDA est préoccupée par les différences de contrats qui vont survenir et qui pourraient aboutir à une  concurrence différente et fragmentée entre les Etats membres.

A.I. - Comment, selon vous, se traduira - en termes de volumes disponibles, de compétitivité et de diversification des productions, l’abandon programmé des quotas laitiers, auxquels se substituera une régulation entièrement dévolue aux marchés?

M.N. - EDA continuera à représenter et à défendre les intérêts de tous ses membres à travers cette phase d’abolition des quotas. Nous ne pouvons  pas nier que certains pays ont plus de difficultés avec ce développement que d'autres, cependant nous pouvons affirmer que, dans l'ensemble, il y a une large acceptation de l'abolition des quotas dans tous les pays, ce qui est le résultat du bon échange d'informations entre les différents pays, sous la coordination d’EDA. Parallèlement à l'évolution vers un environnement sans quota, nous nous attendons à une croissance de la demande mondiale de produits laitiers. Cela étant, EDA estime que l’augmentation de la production laitière dans l'UE sera limitée.

A.I. - Estimez-vous que l’ensemble des acteurs de la filière - mais aussi son outil industriel - soient d’ores et déjà préparés à affronter efficacement ce challenge ?

M.N. - Oui. EDA est convaincue que l'abolition des quotas entraînera un meilleur développement du secteur laitier dans son ensemble. Nous croyons que de nouvelles opportunités se présenteront et que l'industrie laitière européenne sera en mesure de mieux réagir à la demande de nouveaux types de produits laitiers dans l'UE. La suppression des quotas devrait conduire à une position plus forte de l'industrie laitière de l'UE sur les marchés mondiaux.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.