24 Sep 2018

La semence française, un secteur de pointe et d’avenir

L'UFS, Union Française des Semenciers L'UFS, Union Française des Semenciers L'UFS, Union Française des Semenciers
Publié dans Cultures
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'UFS, Union Française des Semenciers, représente 130 entreprises du secteur semencier français, acteur majeur de la recherche et du développement dans le domaine de la sélection variétale. Franck Berger*, président de l’UFS, souligne les atouts de la semence française, issue d’un processus rigoureux d’amélioration variétale permanent lui permettant de répondre au plus large spectre de conditions, pédoclimatiques, d’exigences techniques, ainsi qu’à leur évolution.

Franck-bergerAgriculture Internationale - Le secteur semencier français est le 1er exportateur mondial (source : Gnis). Quels éléments – techniques ou de savoir-faire -  contribuent à ce succès ?

Franck Berger * - Plusieurs facteurs jouent sur le succès du secteur semences en France. Tout d’abord, les conditions pédoclimatiques et la géographie de notre pays sont naturellement favorables à la multiplication d’une diversité d’espèces et de variétés. Ensuite, le secteur semencier français s’est développé grâce un tissu important de PME/ETI et de coopératives. Aujourd’hui, la filière semence est présente sur tout le territoire : 71 entreprises de sélection et multiplication dotées de 248 sites de production implantés dans 62 départements. En tant que premier producteur européen, nous nous devons d’assurer une production sûre et fiable. D’autre part 13% du chiffre d’affaires de nos adhérents est investi dans la recherche. Nous sommes donc à la pointe de l’innovation en sélection variétale, ce qui permet de diffuser nos variétés dans le monde entier.

A.I. - A partir de quels types de données et sur quels critères s’établissent les orientations de recherches et les choix de sélection de vos adhérents ?

F. B. - La sélection est un processus lent dont la réalisation s’étale sur des périodes de plusieurs années. Les entreprises de sélection doivent donc anticiper les futurs défis de l’agriculture et faire évoluer leurs axes de recherche selon les besoins techniques des producteurs, par exemple les résistances aux maladies ou les caractéristiques d’aptitude à la transformation, mais aussi ceux selon les besoins des consommateurs qui évoluent sans cesse. Les critères d’efficacité d’utilisation des intrants agricoles sont également de plus en plus introduits dans les programmes de sélection pour répondre à l’évolution des règlementations mais aussi des besoins sociétaux exprimés. Au cours du siècle dernier, la sélection variétale n’a cessé de se développer grâce au progrès de la science, qui permet de conduire des travaux de plus en plus précis, dans un pas de temps plus court.

A.I. - L’ensemble des variétés françaises de semences est-il en mesure de satisfaire à tous les besoins alimentaires – humains et animaux – dans des conditions optimales de qualité, d’autosuffisance et de sécurité ?

F. B. - Nos entreprises engagées dans la sélection couvrent la grande majorité des espèces cultivées au plan mondial telles que le maïs, les céréales à paille et protéagineux, les plantes fourragères, les oléagineux et les potagères. Nous répondons ainsi à une demande qui va bien au-delà de nos frontières, comme le montrent les chiffres à l’exportation que vous évoquiez plus haut. Notre secteur est très largement encadré par une règlementation européenne et nationale parmi les plus complètes au monde, avec en particulier un système de certification qui garantit aux utilisateurs leur qualité et une parfaite traçabilité. L’inscription des variétés dans le catalogue européen permet de son côté d’assurer la transparence du marché. Les semences jouent un rôle essentiel dans les systèmes de production agricole en contribuant à sécuriser les rendements et donc la compétitivité. L’amélioration variétale sera une des clés de réponse aux nouveaux enjeux liés aux changements climatiques et aux exigences environnementales. L’amélioration en sélection variétale vise à développer des plantes adaptées à des conditions de culture variées, performantes en termes de rendement mais aussi de résistances aux maladies ou aux ravageurs, plus économes en intrants ou encore en eau. Pour la majorité des espèces produites par nos adhérents, l’usage de semences certifiées garantit la performance des variétés mises à la disposition des producteurs.

A.I. - La semence représente désormais une industrie sensible et hautement stratégique et d’éventuelles contrefaçons pourraient fausser une concurrence loyale. L’UFS - et ses adhérents -  dispose-t-elle d’outils de veille et de réponses appropriées afin de se protéger contre d’éventuelles menaces ?

F. B. - En Europe, il est illicite de commercialiser des variétés non-inscrites au Catalogue. L’inscription est un processus soutenu par des épreuves techniques, dont la principale consiste à vérifier la distinction, l’homogénéité et la stabilité des variétés présentées. En ce sens elle apporte une protection aux acteurs et une transparence pour les utilisateurs. Enfin, le Certificat d’Obtention Végétale permet d’obtenir une protection juridique en cas de contrefaçon avérée. Nos adhérents disposent ainsi des outils de protection nécessaire à la conduite de leurs activités, mais doivent cependant rester constamment vigilants pour se préserver des risques que vous évoquez.

Franck Berger a débuté sa carrière dans les semences en 1985 comme responsable de production puis de sélection de tournesol chez Semences Cargill. Il a ensuite pris les fonctions de directeur Production puis directeur Marketing chez Clause Semences professionnelles. Après avoir passé six ans entre les Etats-Unis et le Japon en tant que directeur des ventes internationales de l’entité Harris-Moran Seed Co et vice-président exécutif de Kyowa Seeds, Franck Berger exerce aujourd’hui les fonctions de directeur de la branche potagères du groupe Limagrain, dont il est membre du comité de direction.

Site Internet : http://www.ufs-semenciers.org

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.