28 May 2018
Le salon SIPSA-SIMA Le salon SIPSA-SIMA Le salon SIPSA-SIMA
Publié dans Agroéquipement
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Olivia-Grosbois-MilanAgriculture Internationale - Le salon SIPSA-SIMA est-il en mesure de répondre à toutes les problématiques que posent des agricultures en pleine mutation, telles que celles de l’Algérie ou de la Tunisie  aujourd’hui ?

Olivia Milan - L’édition 2017 du salon SIPSA-SIMA, proposera une offre complète et innovante en produits, matériels et services pour l’ensemble de la filière agricole : le maraîchage, la fillière lait, l’élévage, la production fourragère, la serriculture…. L’objectif des exposants présents est de fournir des solutions adaptées et efficaces pour le développement des ressources agricoles, pour l’Algérie bien sûr mais aussi pour la région du Maghreb. Pour ces deux régions majeures, qui disposent de conditions climatiques proches et d’exploitation différenciées, l’enjeu de la mécanisation est commun et incontournable en particulier pour le renforcement des rendements des filières stratégiques, comme les céréales et les productions maraichères.

Les entreprises qui viennent exposer sur le salon (plus de 600) sont à la fois algériennes et internationales. Elles connaissent bien leur marché et adaptent les matériels et solutions qu’elles présentent aux besoins locaux, qu’elles ont identifiés avec leurs partenaires et clients algériens. Seront présentés à la fois des matériels pour répondre à la demande des petites exploiitations (<10h) mais aussi des très grandes (50h).

A.I. - L’effort de promotion de la mécanisation sera-t-il soutenu, durant le salon, par des conférences ou des forums spécialisés, des présentations des innovations technologiques et des précisions quant à la pertinence de cette mécanisation pour les exploitations ?

O.M. - En marge de la tenue du SIPSA SIMA 2017, la Fondation Filaha en collaboration avec les instituts techniques et les professionnels du secteur, organisera un Forum International de l’Aquaculture et des Ressources Halieutiques «DJAZAQUA», pour une gestion efficace des ressources halieutiques.

Pour la filière lait, dont les acteurs sont confrontés à des enjeux majeurs et doivent aujourd'hui plus que jamais être accompagnés dans leurs projets et leurs choix, le forum FIPLAIT sera conçu comme un espace de dialogue et de concertation entre les représentants des différentes professions de la filière lait : éleveurs, collecteurs, transformateurs, fournisseurs, agropôles, groupes agro-industriels et organisations professionnelles. Ce forum offrira un cadre de dialogue, de partage d'expériences et d'échanges entre les acteurs de la filière lait et sera organisé en 6 thèmes/sessions.

Se tienddront également deux autres forums, le Forum Europe Maghreb de la Filière Avicole et le Forum Interprofessionnel des Cultures Végétales organisé par le GRFI Filaha Innove en collaboration avec des partenaires institutionnels de la filière Végétale. AGRI’SIME traitera des avancées techniques les plus récentes en termes de conduite de cultures végétales (travail du sol, choix variétal, semis et plantation, irrigation, fertilisation et amendement, protection végétale, désherbage et récolte), avec un accent particulier sur l’étude des problématiques liées aux cultures dans les zones arides et semi-arides.

A.I. - La décision de l’Etat algérien d’apporter son soutien pour une plus grande mécanisation agricole peut-elle selon vous constituer un signal fort pour les fabricants de matériels européens et le prochain salon pourrait-il aider à aplanir les derniers obstacles susceptibles de freiner le développement de cette mécanisation ?

O.M. - Pour beaucoup, les espaces au sud du pays par exemple deviennent progressivement des zones d’investissements agricoles.Les aides financières accordées par les banques, en plus des ressources en eau de la région sont des points attractifs pour les investisseurs. les dispositifs d’aide et accompagement dans des wilayas comme El Oued, Ouargla ou encore Biskra, où de nouvelles terres sont mises à disposition des exploitations agricoles créent de nouvelles exploitations agricoles et vont automatiquement développer la production nationale.

Des investisseurs étrangers ont déjà commencé à mettre en place des partenariats avec des opérateurs privés nationaux, en particulier dans la production de semences, de lait et de viandes bovines. Dans d’autres régions, des projets sont en cours dans la filière lait toujours, la production fourragère ou encore la production de colza. Le salon jouera son rôle d’information, de découverte et de mise en relation. Au-delà de cette mise en relation et meilleure identification des besoins, l’Algérie doit poursuivre ses initiatives en matières de soutien économique à cette sous mécanisation, à l’insuffisance des infrastructures et au manque de formation des ressources humaines… pour développer à la fois sa production et sa productivité.

A.I. - Des établissements bancaires seront-ils présents pour aider les visiteurs à mieux apréhender les solutions de financements de leurs acquisitions en matériels ?

O.M. - La Banque de l'Agriculture et du Développement Rural est présente depuis de nombreuses années. Elle asure le financement de plus de 300 filières d’activités, liées à l’amont et à l’aval de l’agriculture. Elle contribue également à la réussite de différents programme de soutien et d’aide tendant au développement de l’agriculture, ainsi que la promotion du monde rural. C’est un acteur incontournable à rencontrer sur le salon.

A.I. - A la veille de cette édition 2017, quel est votre pronostic quant à l’ambition de cet événement d’augmenter la visibilité des entreprises auprès de leurs partenaires au Maghreb, en Afrique subsaharienne, et en Afrique de l’Ouest ?

O.M. - En 2016, la salon a accueilli plusieurs délégations étrangères. Cette année le SIPSA SIMA mettra en lumière l’agriculture tunisienne, témoignant ainsi du dynamisme et de la richesse des relations fraternelles et stratégiques de la Tunisie avec l’Algérie. Il ya encore un long chemin à accomplir pour développer l’export au-delà des frontières du maghreb à savoir le développement de la production nationale : développer le machinisme agricole, s’appuyer et développer les filières phares existantes (le lait, les céréales, légumes secs, pomme de terre, oléiculture, tomates, arboriculture, phoeniciculture, l’aviculture et l’aquaculture,..), soutenir le développement des activités industrielles (création d’entreprises, favoriser les rapprochements avec des contructeurs internationaux qui maîtrisent la technologie et les marchés, développer les infrastructures. ». Ce qui est clair, c’est que ce chemin est en route. Le salon sera un temps fort pour les opérateurs, les institutionnels, les officiels qui animent et interviennent sur ce marché.

Site Internet : https://www.sima-sipsa.com

Plus dans cette catégorie : AXEMA le futur c’est aujourd’hui »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.