15 Nov 2018

Un secteur agroalimentaire bien structuré

De droite à gauche: Gerd Sonnleitner, Dr. Christian Göke,  Jürgen Abraham De droite à gauche: Gerd Sonnleitner, Dr. Christian Göke, Jürgen Abraham
Publié dans Agroalimentaire
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Avec 5.960 entreprises, dont plus d'un demi-million de salariés et un chiffre d'affaires total de plus de 155 milliards d'euros, l'industrie agroalimentaire est l'un des secteurs industriels les plus importants en Allemagne. Cette industrie, qui emploie plus d’un demi-million de personnes, est représentée par la BVE dont le président, Jürgen Abraham, souligne les multiples atouts, parmi lesquels la réputation du « Made in Germany »

Jurgen AbrahamJurgen Abraham

Agriculture Internationale - Qu’est-ce que la BVE, quelles catégories d’entreprises représente-t-elle, que leur apporte-t-elle et quelle dynamique procure-t-elle à l’industrie agroalimentaire allemande ?

Jürgen Abraham - La BVE est l’association faitière politico-économique de l’industrie alimentaire allemande. Nous représentons les producteurs industriels de denrées alimentaires sur les plans politique et administratif, ainsi que face aux partenaires commerciaux et aux médias. Nous sommes la quatrième plus grande branche industrielle d’Allemagne avec plus d’un demi-million d’employés. Nous informons nos membres des évolutions actuelles et importantes pour la branche dans les domaines suivants : politique économique, environnementale et énergétique, politique des matières premières, du commerce extérieur et des consommateurs. En collaboration avec nos membres, nous formulons les positions de l’association et les représentons à l’extérieur en tant que porte-parole de l’industrie alimentaire.

A.I. - Quelles productions sont principalement transformées et valorisées par l’industrie et quelles sont leurs principales destinations ?

J.A. - L’industrie alimentaire allemande est une branche extrêmement diversifiée, qui va de l’industrie de la viande, de la confiserie, du lait, de la boulangerie-pâtisserie à l’industrie des boissons en passant par l’industrie transformatrice du sucre, de l’amidon, des pommes de terre ainsi que des fruits et des légumes. Les matières premières agricoles utilisées sont tout aussi diversifiées. Notre production est principalement destinée au marché national. Le chiffre d’affaires des exportations a augmenté de façon constante ces dernières années et représente aujourd’hui env. 30 % du chiffre d’affaires total. Les principaux marchés d’exportation se situent dans l’Union européenne. La Suisse, la Russie et les États-Unis constituent les principaux marchés hors UE.

A.I. - Quels sont les principaux atouts de l’agroalimentaire allemand à l’exportation ?

J.A. - Les produits allemands présentent un excellent rapport qualité-prix. L’industrie alimentaire allemande se distingue par sa grande qualité, ses garanties de sécurité, son caractère voluptueux et la fiabilité de ses délais de livraison. La bonne réputation du « made in Germany » est également très demandée dans le domaine des produits alimentaires.

germanyA.I. - De quelle façon les industriels allemands parviennent-ils à maintenir des prix à la consommation dans la limite moyenne des 10 % du budget des ménages, en dépit de la forte augmentation des coûts des matières premières, de l’énergie et du transport ?

J.A. - Le marché alimentaire allemand est l’un des plus compétitifs. Les négociations avec nos principaux clients dans le commerce du détail alimentaire sont difficiles, car les entreprises éprouvent souvent des difficultés à réaliser les ajustements de prix nécessaires. Cela affecte le rendement, ce qui pénalise plus particulièrement les nombreuses PME. La proportion de magasins discomptes est très élevée en Allemagne avec une part de marché de 43 % dans le secteur alimentaire, ce qui contraint l’industrie alimentaire à constamment optimiser ses structures de coûts. Les entreprises doivent donc s’améliorer quotidiennement et exploiter des potentiels d’optimisation, notamment dans la production et la logistique.

A.I. - La notion de production durable est au cœur des préoccupations de la population comme des industriels. Cette orientation représente-t-elle une réelle perspective de développement du secteur de l’agroalimentaire, en dépit des surcoûts qu’elle implique ?

DLG-eVJ.A. - Oui, la durabilité est un défi important. En Allemagne, les thèmes liés à la durabilité sont très populaires auprès de l’opinion publique et sont également sollicités par l’économie. Un consommateur sur cinq indique qu’il tient compte de ce critère lors de ses décisions d’achat. Il en résulte de nouvelles opportunités de marché pour les producteurs. D’autre part, l’agriculture et la production de denrées alimentaires durables sont incontournables pour l’économie. Nos matières premières se raréfient et leur prix augmente. La protection de l’environnement et des ressources est donc un impératif absolu pour une branche basée sur les fondements naturels de la vie. Enfin, cet intérêt particulier incite les entreprises à se montrer encore plus respectueuses de l’environnement et des ressources qu’auparavant.

A.I. - Le verdissement des aides directes souhaité par la Commission européenne pourrait-il selon vous avoir un impact sur les productions, notamment en termes de diversité de l’offre, de qualité gustative ou encore de niveau moyen des prix ?

J.A. - Oui, absolument. Il est vrai que l’agriculture doit adopter une démarche durable et écologique, car l’industrie alimentaire a besoin de matières premières de grande qualité. La proposition de la commission européenne, qui souhaite consacrer 7 % de la surface agricole à des intérêts écologiques, va toutefois dans la mauvaise direction. Cela entraînerait une baisse de la production et donc une augmentation des prix. L’Europe a un grand potentiel agricole. Au vu de la demande croissante de produits alimentaires dans le monde, nous devrions plutôt exploiter ce potentiel encore plus intensément, afin de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.